Témoignages

Merci pour votre Témoignage !

Vous pouvez l'envoyer sois par le formulaire ci-dessous soit par mail à l'adresse :  paroleetlouange@yahoo.fr ou paulinroger@orange.fr

En précisant bien toutes les questions obligatoires du formulaire. D'avance Merci !

Nom*
Prénom*
Adresse
Télephone
Email*
Votre témoignage*
Je désir qu'il soit publié sur ce site*
Oui
Non
Tel que je l'ai écrit*
Sans aucun changement
Je vous permet de faire des modifications
Pas de publication
Avec mon Nom*
Oui
Non
Avec mon Prénom*
Oui
Non
Avec mes initiales*
Oui
Non
Anonyme*
Oui
Non
A quelle session se rapporte ce témoignage ?
Tout d'abord bonjour à toute la fraternité. Voilà en quelques phrases notre témoignage: Rémy et moi, Michèle, avons deux garçons Matthieu et Thomas. Notre second pour de multiples raisons a décroché de l'école à 14 ans. Ensuite plus aucune communication. Il s'est enfermé dans le monde des jeux vidéo et restait des jours entiers enfermé dans sa chambre et sans communiquer. Nous avons vécu la violence, les insultes, les gendarmes, et les pompiers sont venus plusieurs fois à la maison. Nous avons tout essayé la douceur, le dialogue, la fermeté, les psys. Il a même été hospitalisé trois fois et à chaque fois le corps médical nous disait "votre fils a un sacré potentiel".
Pour nous, parents, cela ne nous apportait pas grand-chose dans notre difficulté.
Ma première session fut Colmar, une amie m'avait invité avec une forte insistance. Au  point où j'en était je me suis dit: "cela te sortira de la maison et te reposera, tu reviendras plus disposée pour trouver une solution pour aider Thomas. A la maison, mon époux et moi prions ensemble ( nous avons été engagé dans différents service de notre paroisse : pour Thomas servent d'autel, chorale et maîtrise de la cathédrale, pour mon mari : 4 ans délégué pastoral, pour ma part : animatrice de célébration, équipe liturgique). La session de Colmar a été une résurrection, j'ai touché Dieu du bout des doigts.
J'ai donc proposé à mon époux de participer à votre week-end à Bordeaux année 2015.
Le jour de notre départ pour cette session, Thomas est entré dans une violence "inexplicable"...tisonnier pour  me frapper et j'en passe, nous avons fait appel à la gendarmerie, ils ont sollicités les pompiers, et devant la violence de Thomas, ils ont fait appel à une brigade de renfort.
Thomas a été transporté à l'hôpital et là, nous avons été reçu par un psy qui nous a dit de dire à Thomas : "va dans un foyer, nous ne pouvons plus supporter ta violence". Et nous avons quitté l'hôpital. Nous avons pris la route pour Bordeaux. Thomas était à la rue, mais nous savions que son frère pouvait l'accueillir, et ce fût le cas. Le dimanche après-midi, le Père Paulin nous a enseigné l'importance de bénir nos enfants, et avec lui nous avons prié et béni nos enfants ; au même moment mon téléphone a vibré. Je ne voulais pas regarder qui me téléphonait, mais vu l'insistance j'ai regardé et c'était Thomas. Je suis sortie, j'ai décroché, et là il m'a dit : "j'ai compris votre geste c'est un geste d'amour Maman, est ce que je peux rentrer à la maison ? je lui ai dit : "Es-tu sûr de ce que tu me dis ?" : "  oui " m'a-t-il répondu : " j'ai compris maman. " Nous avons retrouvé Thomas le soir à la maison, très calme et nous avons pu communiquer. Par la suite il nous a dit vouloir intégrer une prépa pour faire aide-soignant. Toutes les personnes autour de nous nous ont dit : "  c'est un leurre ne le croyez pas. " Rémy a dit : "Si il veut faire cette école, il va la faire, je n'aurai rien à me reprocher, j'accède à sa demande" on verra la suite.

Thomas à fait toute l'année, il a fait deux stages, excellemment noté, il a passé des concours, il a été reçu à deux concours avec des notes de 20/20 et 19/20 à l'oral. Là on a compris le chemin que prenait Thomas, mais surtout l'œuvre que Dieu commençait.
Ensuite Thomas a travaillé dans le milieu hospitalier comme brancardier lui qui était resté enfermé dans sa chambre plusieurs mois auparavant, aujourd'hui il est sur Périgueux à l'IFAS. Il souhaite devenir infirmier anesthésiste.
Voilà comment Dieu œuvre dans nos vies, il a suffi d'une session pour que nos vies changent. Aujourd'hui la relation que j'entretiens avec le Seigneur est tout autre, c'est une relation d'amour et non de faire. J'ai ouvert mon cœur, accepté Dieu dans ma vie comme le Dieu d'Amour. Aujourd'hui je continue à cheminer, je me nourris de la Parole, j'ose m'engager différemment
(Réveil) et surtout évangélisé. J'ai osé aller à la convention œcuménique de Nantes début juillet 2016.
Nous voyons le chemin que Thomas a parcouru et sans l'aide de Dieu nous n'y serions pas parvenus.
Gloire à Dieu !

Août 2016

Le thème "Tu es mon Sauveur Jésus" a pris tout son sens et résume bien mon vécu de la session. Libérée de toute culpabilité, guérie, et si heureuse... avec l'espoir d'atteindre le Salut. Avoir suivi les enseignements du Père Paulin m'a ouvert les yeux et ma vie est changée. Je ne vous dirai jamais assez merci de m'avoir permis de comprendre tant de choses et de m'avoir donné, plus que jamais, le désir de poursuivre mon chemin dans la foi. Cette rencontre a été très riche en émotion, en prière. Le cadre est magnifique. Vous y avoir rencontré aura été une Grâce.
Soyez béni.
Sabrina

"VA TA FOI TA SAUVER", août 2015 à Maurice

Lors de mes vacances à Maurice, j'ai eu la grande Grâce  de participer à la session du Père Paulin, là, j'ai rencontré  mon ABBA et ma guérison. J'avais dans le cœur une joie immense, en chantant : c'était la rencontre spirituelle avec mon ABBA, j'ai crié de tout mon souffle : "ABBA, ABBA je t'aime" et le père PAULIN avec sa douce voix nous a encouragés de nous approcher de plus près de notre Père céleste, et de lui confier nos peines. Et je lui ai demander  la guérison  des parties  abîmée  de mon corps, mes douleurs,  tous ce qu'Il voit de nécessaire pour continuer ma route sur terre. Pendant la louange, j'ai ressenti tout mon corps se soulever, se redresser, avec une chaleur de joie et d'amour. J'avais une douleur permanente au dos pendant plus de 8 ans : un slip disque, je n'avait jamais trouver ma guérison, mais je ne m'étais jamais confiée à mon ABBA ! Grâce au père PAULIN qui a le don d'invoquer le SAINT ESPRIT et de le laisser agir sur les participants, j'avais une grande assurance que mon PÈRE, mon ABBA, m'a entendue. MERCI PAPA. Deux jours après  la session, je pouvais  sortir de mon lit sans douleur; et n'avait pas besoin de m'appuyer pour me mettre debout sur pieds, pas de douleurs !?! ALLELUIA ! MERCI PAPA, MERCI AU SAINT ESPRIT,  MERCI À NOTRE JÉSUS, MERCI MAMAN MARIE ET UN GRAND MERCI AU PÈRE PAULIN. ALLELUIA ! 
                                                                                MARIE

Témoignage de Cyrille et Clarice

Témoignage ici au format PDF

Retour de Maltes 2015

Je suis venue par hasard à l'école de louange à Malte. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre...... Quelle surprise ce fut !!! Dieu m'y attendait !
Avant de venir, ça commençait mal, j'ai eu des combats comme par exemple : ma voiture tombe en panne, ma carte bleue ne fonctionnait plus, le jour de mon départ ma valise s'est cassée !!!! Bref, je suis donc arrivée à l'aéroport un peu énervée. Je " connaissais " la louange par mon groupe de prière, mais mal. Ce fut donc pour moi une découverte ! Le Seigneur m'a fait prendre conscience de la puissance de la louange qui peut arrêter les éléments naturels  comme tsunami, inondation etc. par de simples actes de foi ! Merci père Roger pour ton enseignement "louange et écologie", une merveille ! Et je te rends grâce Seigneur de me faire comprendre mon rôle de baptisée suite à cet enseignement.
Je vais d'émerveillement en émerveillement !!!! Cette semaine à Malte, j'ai eu des guérisons par rapport à mon papa terrestre qui est au ciel maintenant. Mon regard a changé sur Abba qui fait qu'il y a une vraie relation qui s'installe avec Lui, et qui me fait goûter à Son Amour sans crainte ! Pendant la session, j'ai beaucoup pleuré à cause d'abandons que j'ai vécus dans ma vie. Les fardeaux sont tombés, Dieu m'a libérée et guérie. Je peux accueillir maintenant pleinement la vie et ne plus dépendre des évènements. Là aussi, c'est nouveau pour moi. Je me place uniquement sous le regard du Père. Je suis sa fille bien-aimée. J'ai trouvé ma place et le Seigneur m'aime comme je suis. Je n'ai plus rien à mériter, mais à accueillir son Amour. Que c'est simple et bon !! J'ouvre mon cœur et je goûte à cette liberté des enfants de Dieu. J'ai vécu de belles choses dans l'eucharistie ; je pleure de douces larmes de joie, de bonheur, je suis émue et mon cœur est saisi. Merci Jésus !
Dans la louange j'ai appris à être plus libre dans ma relation à mon Père : j'étais dans une douce étreinte avec Lui, puis tout s'arrêta, plus un mot ne sortit de ma bouche, les larmes de bonheur coulèrent sur mon visage : les mots étaient inutiles !!! Le temps se figea l'espace d'un moment. Que c'est bon Abba, cette tendresse, cette douceur !!! Au fil de la semaine, j'ai vu le visage de mes frères et sœurs se transformer. Que tes enfants sont beaux, Abba.
J'ai découvert que devant une sœur, un frère, je devais enlever mes chaussures : je suis devant une terre sacrée (c'est plus dur si la personne m'énerve !!! Mais je vais peut-être réfléchir à 2 fois avant de m'emporter).
J'ai appris à louer "à temps " et "à contretemps" dans toutes les situations (merci père Roger pour ton témoignage des doigts coincés dans la porte). Quand je suis rentrée dans l'avion, j'ai pris mon cahier de louange (c'est plus facile) et j'ai loué dans mon cœur. Je me suis endormie et mon cœur a chanté pendant tout le vol !!! J'ai gouté à tout cela et la louange devient pour moi un besoin, une respiration et non plus un exercice. Et maintenant à la maison je me trouve 1 ou 2 temps pour louer mon Bien-Aimé pour ce qu'Il est, tout simplement.
En rentrant, j'ai témoigné à la bergère de mon groupe, elle m'a demandé de partager mes "découvertes". Avec joie Seigneur ! J'ai également vu un couple (protestant) qui m'a demandé de témoigner…
Cette école de louange a été un "tsunami" dans ma vie. Je goûte à cette intimité avec mon Père, à ce " cœur à cœur "  avec Lui : pur délice !!!! Merci Seigneur de m'avoir bousculée, dérangée, percutée dans ma foi. Et surtout j'ai fait un pas de plus dans mon cheminement, je deviens adulte !!!! Que Tu es bon !! Je prie également le Trisagion (prière de louange à la Trinité) qui m'apporte paix et joie. Papa, comme Tu m'as comblée et surprise, pendant cette retraite ! J'étais disposée à accueillir ce que tu avais à me donner et Tu m'as comblée au-delà de mes attentes. Gloire à Dieu ! Je suis rentrée différente. Merci Seigneur mon regard change, je suis dans l'émerveillement !!!! Alléluia !! À cette retraite, j'ai aussi trouvé une famille ! Je vous porte toutes et tous dans mes prières. Merci père Roger, que notre Dieu d'Amour te bénisse et te garde ainsi que ta fraternité, qu'Il bénisse également ton ministère. Merci. En union de prière.  Michèle
Témoignages

Avoir connu le Père Paulin est une bénédiction.

J'ai participé à la retraite de Roger Paulin au mois d'octobre 2014 à Bruxelles et j'y ai vécu des moments uniques en présence du Seigneur, par l'intercession du St Esprit.
Saint Esprit omniprésent que le Père Paulin a le don d'invoquer et de laisser agir sur les participants. J'ai notamment reçu des guérisons spirituelles et psychologiques profondes par rapport à mon père biologique, grâce à des prières très bien amenées sur l'amour miséricordieux de Dieu le Père, le papa du Ciel.
C'est un des enseignements les plus "vivants" que j'ai entendu et reçu ces dernières années (même si je reconnais de la valeur à d'autres enseignants également pénétrés du St Esprit, car je ne puis comparer les qualités certaines des uns et des autres).
Le Père Paulin réussit à donner tout son relief à la foi, dans la joie et la bonne humeur, il sait allier sérieux et décontraction avec brio. Je recommande sa simplicité et sa générosité de cœur. La Parole qu'il transmet à toute personne qui cherche le chemin de la vérité et de la Vie en Dieu est une source jaillissante.
                                                                                                      Marie

Témoignage Bordeaux mai 2014

Suite à la louange du père Roger Paulin et son équipe, à Artigues, du 1er au 4 mai, j'ai été guéri. Alléluia ! J'avais des douleurs dans le dos à cause d'une scoliose de la colonne et j'avais un genou bloqué depuis six mois. Après 120 séances de Kiné, le genou était toujours bloqué...
Les causes de la scoliose et du genou bloqué sont les suites d'un accident de moto contre un camion que j'ai eu en 1998, j'ai eu le col du fémur cassé. Ils m'ont posés des broches dans la cuisse, jusqu'au genou et j'ai eu des problèmes de cartilage osseux. Et en plus en 2007 environ, j'ai eu un deuxième accident de scooter, où j'ai eu une double fracture du tibia péroné en sphère.

  Voilà ce qu'il s'est produit dans mon corps lors de cette session :
 
  • le jeudi soir pendant la bénédiction, une des deux personnes qui priaient pour moi, m'a passé la main dans le dos où j'avais les douleurs, et une sensation de chaud, comme du feu est passé en moi, et je me suis senti bien mieux, le mal de dos à disparu depuis ce jour. Au point que je ne prends même plus de médicament contre la douleur, ni d'anti-inflammatoire. 
  • et le vendredi soir avec les personnes de votre "staff", la même chose s'est produite, pour mon genou qui s'est plié tout seul. Je me suis retrouvé au sol, dans le repos de l'Esprit Saint. Pour me relever, le père Paulin m'a aidé et m'a béni à nouveau ; je me suis retrouvé à plier mon genou comme si je n'avais rien eu. Et surtout sans douleur !!! J'ai pu prier et adorer pour la première fois sans appréhension de cette douleur au genou.

Pour couronner le tout, l'année dernière j'ai eu une grave hépatite avec le pancréas de toucher et j'attends les résultats, car je viens de passer un scanner. 
J'ai également des soucis avec ma thyroïde qui ne marche pas bien, et qui me donne beaucoup de fatigue mais le Seigneur est bon car je me trouve aussi beaucoup moins fatigué. Alléluia !
Merci au Seigneur et au père Roger Paulin. 
Vincent Doublet

Témoignages

Lagord, avril 2014

Un grand merci pour ce beau week end à Lagord, où le feu est descendu dans nos cœurs, bombardés par l'effusion de l'Esprit Saint.
Merci, merci et… j'espère à l'année prochaine.
Actuellement je mets vos CD en boucle, même au bureau quand je travaille. En plus de la musique, les paroles sont fortes et puissantes. C'est de la braise, alors encore merci.
Tous les matins, après le petit déjeuner, je prends mon Magnificat pour prier, et ensuite faire oraison, et…le lundi qui a suivi le week end, je suis tombée, lectures du jour :
Acte des Apôtres ch4 vers 29-30 : " Seigneur…accorde à tes serviteurs d'annoncer ta Parole avec une parfaite assurance. Etends donc ta main pour guérir les malades, accomplis des signes et des prodiges, par le nom de Jésus, ton Saint, ton Serviteur. "
Et, comme une surenchère, dans l'Evangile du jour :
Jean CH3 vers 5, Jésus dit :  " Amen, amen, je te le dis : Personne, à moins de renaître de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. "
Quelle continuité, confirmation si besoin était, des enseignements du week end. A l'année prochaine j'espère, pour nous embraser par ces chants merveilleux de beauté et de paroles de Dieu.
Claudie Chapelle
Témoignages

Bruxelles, mars 2014

Je voudrais témoigner, de ce que j'ai vécu lors de cette retraite spirituelle. Je m'appelle Christian, 49 ans, et suis militaire de carrière depuis que j'ai 17 ans. Bien que j'aie eu une scolarité en partie dans l'enseignement catholique, je dois avouer que j'ai été athée durant plus de 47ans de ma vie.
Jusqu'il y a peu, je peux dire que je n'étais entré dans une église que pour des cérémonies de mariage, ou d'enterrement.
C'est il y a environ 1 an et demi que ma vie a changé du tout au tout. J'ai fait la rencontre, inattendue et inopinée d'une jeune femme africaine, Sabine, qui par son aura, sa grandeur d'âme et de cœur, m'ont touché au plus haut point que j'en suis presque tombé amoureux dès les premiers instants.
Elle était très pieuse et pratiquante, et je ne sais par quelle " magie ", elle a réussi à me faire, non seulement, entrer dans une église, mais surtout me faire assister à la messe chaque dimanche. Elle a aussi fait en sorte que j'entre même dans la chorale de cette même paroisse.
Peu à peu, mon esprit Carré et Cartésien ont fini par laisser place, à la Foi et à la Croyance en Dieu. Nous avons, elle et moi, fait plusieurs récollections et retraites spirituelles, mais fréquentant une paroisse Carmélitaine, je ne me sentais malgré tout pas encore prêt à découvrir, le coté Adoration Charismatique. J'ai même longuement hésité à participer à cette retraite. C'est sous l'insistance de Sabine et surtout, grâce à l'extrême gentillesse de Bernadette, qui m'a si gentiment invité que j'ai accepté de participer.
Mais avant même d'arriver sur place le vendredi, j'étais sujet à des fortes migraines, au point même que je me suis même demandé si j'allais vraiment y aller. Je sentais comme un stress et une pression qui m'angoissaient au point de regretter d'être là.
Mais, au fil des enseignements donnés par le père Roger Paulin, j'ai senti mon cœur et surtout mon âme s'ouvrir à des choses qui m'ont fait comprendre ce qu'est réellement l'existence de Dieu dans nos vies et des implications que cela peut avoir sur nos vies et nos rapports avec autrui.
Lors de la célébration de la Bénédiction du samedi soir, le père Paulin nous avait fait des recommandations, comme quoi certains allaient peut être s'écrouler au sol, ou auraient des réactions étranges, et qu'il ne fallait ni en avoir peur ni les refouler.
En moi-même, mon côté militaire cartésien me disait : " Ca ne risque pas de m'arriver de toute façon, rien à craindre donc ! "
Dès le début des bénédictions, j'ai vu maintes personnes tomber, et quand ce fut mon tour, et que je me mis en prière pour recevoir la bénédiction, je ne sais ce qui s'est passé, mais je sais que je me suis retrouvé par terre, incapable de bouger le moindre de mes membres, ni même d'ouvrir les yeux.
La seule chose qui fonctionnait encore bien était l'ouïe, et je senti aussi comme une drôle d'impression dans mon cœur, mais j'étais incapable de dire de quoi il s'agissait.
Quand je pu me relever, j'étais comme hagard, tel un boxeur mis au tapis qui se relève après avoir été mis K.O.
Ma tête et mon esprit étaient emplis de confusions, et je ne dormi pour ainsi dire pas du tout, je ne ressentais qu'un poids énorme sur mon cœur, fait de nervosité, agressivité, questionnements, …
Mais une fois levé, et après avoir pris mon petit déjeuner, je me sentais déjà plus calme et apaisé, et c'est lors de la célébration de la messe du dimanche midi que je me senti enfin en connexion avec Dieu et que je senti vraiment l'Esprit Saint m'envahir pleinement.
D'ailleurs, je crois que cela a tellement agit sur moi, physiquement et spirituellement, qu'une personne (Gaëlle) qui avait été ma voisine de chaise durant ces 3 jours de retraite, m'a dit, m'avoir vu changé au fur à mesure que le week end passait !
Elle ne fit que confirmer ce que j'avais moi-même ressenti comme changement en moi.
Au moment des témoignages, je me suis demandé : " Vais-je aller témoigner ? Et que pourrais-je bien y dire ? " Surtout moi, qui n'aime pas parler en public….
J'ai donc laissé plusieurs personnes témoigner, mais je ressentais au fil des témoignages, une pression dans mon cœur, qui me disait : " Lève-toi et va dire ce que tu as ressenti… Mais encore une fois, une autre voix, plus faible celle-là, me disait : Mais non n'y va pas ! "
C'est lors d'un témoignage poignant qui a fait s'émouvoir toute l'assemblée, que je me suis dit : " Vas-y Chris, si tu ne vas pas témoigner, tu le regretteras amèrement plus tard ! "
Et je me levai, pris le micro et alla témoigner !
Et il y eut, comme un soulagement et une plénitude dans mon cœur et mon âme.
Pour finir ce témoignage, je me dois de remercier Sabine, qui m'a soutenu, aidé, conseillé, et surtout supporté, et sans qui jamais je n'aurais trouvé mon chemin vers le Seigneur, et qui grâce à Dieu sera bientôt mon épouse.
En deuxième lieu, je me dois de remercier Bernadette et son époux, car sans son extrême gentillesse je n'aurais jamais été présent à cette retraite spirituelle.
En troisième lieu, je voudrais remercier le père Paulin pour ses enseignements, et pour m'avoir fait découvrir ce que le Saint Esprit peut faire sur nos vies, nos cœurs, et nos âmes.
Enfin je voudrais remercier tous ces gens présents à cette retraite, qui, sur l'espace d'un weekend, sont passé du stade de simples inconnus, à celui d'amis et enfin de membre de ma famille en Christ !
J'en ressors grandit, à la fois spirituellement mais aussi humainement et cela je le dois à Dieu !

Témoignages

Témoignage Nathalie

Juin 2011, c'est le moment que j'ai choisi pour intégrer le Conseil d'Administration de l'asbl que mon mari a mise sur pied. Je n'y entre pas d'abord par conviction ou par amour du prochain, j'y entre parce que mon mari semble avoir de graves problèmes de santé. La fatigue qu'entraîne l'administration de cette nouvelle asbl, ses soucis de santé et son temps plein exercé ailleurs sont difficilement tenables… J'accepte donc de prendre une partie de ce poids sur moi. Je rentre dans ce conseil d'administration  comme " une petite main ", je m'attends à devoir réaliser certaines tâches administratives (paiement des salaires, envoi de courriers…), rien d'autre. Mon arrivée occasionne une restructuration et une professionnalisation du CA, mon mari sort du conseil d'administration, d'autres y entrent et il faut nommer un nouvel administrateur délégué. Je prie…
Lors de la réunion d'élection, je reste silencieuse attendant que le vote ait lieu, ne défendant pas ma candidature mais ne m'opposant pas non plus. Je laisse la volonté du Seigneur s'accomplir tout en lui suggérant tout de même de bien vérifier si quelqu'un d'autre ne ferait pas mieux l'affaire.

C'est moi qui suis élue…
J'interviens les deux premiers mois comme administratrice. Le travail au quotidien montre que sans la présence d'une direction sur le terrain, l'activité risque de sombrer. Il faut nommer un directeur et un nouveau CA est organisé.
Je prie encore…Et  bien que je veuille à tout prix rester dans la confiance, je panique à l'idée que cela puisse à nouveau être moi. Et c'est moi qui suis effectivement désignée.

Depuis, je travaille comme directrice de cette petite asbl qui s'occupe de personnes adultes dites " à double diagnostic ". Elles souffrent à la fois de déficience intellectuelle sévère et de troubles psychiatriques associés (psychose, autisme, troubles du comportement). Ce sont des gens dont personne ne veut, ils ne parviennent pas à trouver de place dans les hôpitaux psychiatriques pour bénéficier de soins (à cause du handicap) pas plus qu'ils n'arrivent à en trouver dans les lieux sensés prendre en charge le handicap (à cause de la maladie mentale). La plupart du temps, ces adultes très très abîmés restent en famille, à présenter des symptômes envahissants (cris, circulation, automutilations, agressions, jet d'objet…).

Je suis mandatée par mon CA pour augmenter le nombre de résidents pouvant être accueillis dans notre centre de jour et mettre sur pied 8 ateliers par jour ! Sans un euro ! L'asbl est pauvre, très pauvre, il y a tout juste de quoi payer les salaires et les charges. Rien de plus, rien de moins. Avec cette pauvreté supplémentaire que j'ai tout à apprendre, j'ai été élue directrice sans aucune compétence dans le registre du " management " et  je ne connais rien quant à la multitude de démarches que je dois réaliser. Je suis juste psychologue depuis presque 20 ans…Il n'en reste pas moins qu'en matière de direction, je n'y connais rien !
Tous les matins, j'en suis malade…malade de stress, j'ai des crampes et des nausées avant d'aller travailler. En déposant ma fille à l'école, je prends chaque fois 5 min pour entrer dans l'église devant son école et m'agenouiller devant mon Seigneur pour lui redire mon " oui ", de tout mon cœur, déposant par la même occasion mes pauvretés et inquiétudes.

Nous décidons, un éducateur et moi, d'organiser parmi tous ces ateliers à " construire ", un atelier " jus de pomme ". Il a chez lui une vieille presse en bois, je me charge des pommes et des bouteilles.
Je me mets en prière, confiant au Seigneur cet atelier et lui demandant de me donner des bouteilles. J'envoie un mail à tous mes contacts et reçois le lendemain un don de 100 bouteilles neuves et de 100 couvercles !!! Merci Seigneur !
Presqu'immédiatement, le stress me saisit…me voilà avec une presse, 100 bouteilles, 100 capuchons et pas une pomme !
J'aurai bel air si je n'arrive pas à faire de jus. Seigneur, Jésus, j'ai oublié de te demander les pommes… !!! Les pommes ne tardent pas non plus à arriver, je reçois l'autorisation d'aller cueillir tous les fruits d'un verger, ce qui me permet au passage d'organiser un atelier cueillette. Chaque semaine, nous cueillons et nous pressons, avec nos pauvres des pauvres qui n'avancent pas vite dans l'exercice de presser les pommes si bien qu'il faut que je transporte les centaines de kilos restant afin qu'on me les presse. Nous arrivons tant bien que mal à presser l'équivalent de 25 litres, la presse industrielle me permet d'en obtenir 100. Avec ces 125 bouteilles se profile pour moi l'espoir de pouvoir vendre et de récolter quelques sous pour nourrir davantage en matériel mes autres ateliers. Un bénéfice d'une petite centaine d'euros est escompté.

Puis vient la session de Roger Paulin 2011, session dédiée à l'amour du père où il parle beaucoup de Moïse…et glisse au détour d'un enseignement qu'il connaît une dame qui a nommé le Seigneur directeur de son entreprise et qui est bénie depuis…
L'idée me paraît lumineuse !! Tout de suite, je bénis le Seigneur pour cette idée que je n'avais pas eue et lui confie mon asbl. Le soir même, je recommence et prend davantage de temps. De tout mon cœur, je convoque les anges, les saints et la vierge Marie que je prends à témoin de cette nouvelle élection : je nomme Jésus directeur de mon asbl… ! Je prends une parole et tombe sur un petit pain que je n'avais jamais pris, bien que j'aie mes " petits pains de la parole " depuis 1994 :  " Vous n'avez qu'un directeur, le Christ " (MT23,10)!!! Je sautille de joie de savoir mon asbl dans de si bonnes mains, je rends grâce pour la précision de la réponse…Me voici soulagée d'un lourd fardeau et celui qui le porte désormais peut bien plus que moi ! Gloire à Dieu… !

La semaine qui suit la session du père Paulin est celle où je dois, avec deux de mes collègues, présenter notre asbl à un concours visant à favoriser les projets pilotes.
Mes collègues m'ont demandé de pouvoir emporter du jus de pomme pour attirer vers notre stand et obtenir plus de votes. Mon précieux jus ! Ma seule source de rentrée pour faire mes ateliers ! Je décide d'en donner 10, me ravise pour 20, me ravise une dernière fois pour ne plus changer d'avis, je cède 30 bouteilles. 30 bouteilles que je ne pourrai pas vendre mais avec lesquelles j'espère obtenir des votes.
Finalement, le prix du jury s'élève à 5000€, cela vaut la peine de tenter le coup.
Mes collègues et moi montons le stand…J'ai beaucoup prié. Prié que le Seigneur m'accorde la grâce de ne pas dire d'âneries en présentant le projet, prié pour gagner aussi ce prix de 5000€ que décerne le jury.

Mon collègue ouvre la première bouteille de jus, j'ouvre immédiatement après lui la seconde et nous commençons à présenter l'asbl aux gens qui s'approchent, leur servant à chaque fois un verre au passage. Notre troisième collègue est plus loin, elle parle sans s'encombrer de jus. Nous parlons, parlons, présentons et servons du jus pendant un temps qui me semble très long. Regardant ma montre, je me rends compte que voilà 3/4d'heure que nous sommes en train de parler et je ne vois pas de vidange.
Je demande alors à mon collègue s'il veut bien ne pas jeter les vidanges à la poubelle, précisant poliment que nous en aurons besoin l'année suivante pour refaire du jus.

Un peu piqué par mon procès d'intention, il me répond vivement : " Mais je ne les jette pas ! ". Je m'étonne alors intérieurement puis vais vérifier sous la table, en dessous de la nappe s'il ne les y a pas cachées pour que tout reste joli…Pas une seule bouteille. Je me dirige alors vers la poubelle pour récupérer mes bouteilles vides, me disant que mon autre collègue les a jetées. Là non plus, je ne retrouve pas mes vidanges. Je reviens vers notre table et commence à compter…il y a exactement le même nombre de bouteilles qu'au départ ! 10 bouteilles sont encore dans le coffre de mon collègue, les 20 miennes sont sur la table et deux seulement sont ouvertes, les deux du départ !!! Elles ne sont même pas encore vides !!!!
Je cours alors au stand de mon mari qui présente aussi le projet de son institution et lui explique que Jésus est en train de multiplier mon jus de pomme, il me rejoint pour voir et je continue à servir devant lui avec ma première bouteille ! Il rit et moi aussi, et je continue à servir le cœur en joie, je bénis, je loue, je rends grâce, je ris de joie intérieurement avec le Seigneur, je jubile. Et je suis prise par une frénésie de servir du jus, j'appelle les gens de loin en leur proposant de goûter, les gens arrivent et moi je sers, je sers. Je sers les plus grands verres possibles et je propose aux gens de les servir même une seconde fois. Certains refusent un peu gênés et je les sers quand même leur disant : " ne vous inquiétez pas, y en a ! ".  Je me rends compte que le Seigneur est en train de réaliser le même prodige avec les biscuits ! J'ai acheté 7 paquets de biscuits et bien que les gens se servent en même temps qu'ils boivent, cette assiette semble toujours rester pleine. Mon collègue ne voit rien ou plutôt si, mais il ne voit qu'en partie !
Il voit bien qu'on sert du jus, il n'arrête pas de me demander si je veux qu'il aille chercher les bouteilles restantes dans son coffre. Il est donc bien conscient que nous n'arrêtons pas de servir du jus de pomme mais ce miracle de la multiplication semble lui échapper. Je me demande pourquoi…

Dans l'allégresse, j'ai servi du jus et des biscuits de 13 à 17h. J'avais 1 mètre de gobelets (100 verres)…Nous avons ouvert 7 bouteilles de jus de pomme en tout et pour tout.
J'ai bu un litre à moi toute seule, mon collègue deux verres. Nous avons donc bu 1,5 litre à nous deux et je suis rentrée avec le demi litre restant et les …23 autres bouteilles pleines ! Nous avons donc servi au public une centaine de verres de jus avec seulement 5 bouteilles, sans compter les fois où je les ai re-servis dans le même verre. De même pour mes biscuits, je suis rentrée avec 5 paquets fermés et des gens ont grignoté toute la journée autour de mon assiette !!! Gloire à Dieu !!

Le Seigneur n'a depuis ce jour cessé de tout multiplier. J'ai un budget hebdomadaire de 60€ pour faire les courses de l'asbl. Avec cette somme, je dois acheter les produits d'entretien, le papier toilette, les seaux, les raclettes, et la nourriture. Il me faut prévoir 36 repas par semaine ! Et si j'y arrivais déjà avec la grâce de Dieu au début, j'y arrive encore mieux depuis que les finances m'ont fait hurler au secours vers le ciel. La note à la caisse tourne aujourd'hui entre 40 et 50€ ! Entre 40 et 50 € pour faire 36 repas chauds et équilibrés, fournir les fruits et biscuits du matin, ceux du goûter, acheter tout ce dont l'asbl a besoin pour que les lieux soient propres et accueillants… ! Je n'en reviens à chaque fois pas !!!

Dans notre asbl, nos protégés peuvent se resservir 3 fois. Ils mangent à 9 et il y a tellement de restes que les éducateurs n'osent plus les donner aux poules, ils les congèlent ! A chaque fois que je reviens avec les nouvelles courses, je dois vider une partie du congélateur et donner aux poules des blocs de restes frigorifiés…

Ma machine à laver reçue en septembre 2011 a fonctionné un an avec les deux bidons de savons liquides reçus à la livraison et mon lave-vaisselle reçu le même jour ne parvient pas non plus à épuiser les cartons de tablettes de savon achetés au début !!!

Dieu est grand !
Mes ateliers ont pu être montés avec l'argent que des fondations (chrétiennes) me donnent spontanément. Par spontanément, je veux dire que je n'ai rien eu à faire…c'est elles qui m'ont appelées pour savoir si j'avais besoin d'argent.
J'ai rempli et rempli des appels à projets de fondations tout au court de l'année pour obtenir des fonds, je les ai tous ratés !! Ma population est tellement " hors-normes " que nous sortons de tous les critères des appels à projets. J'ai envoyé des courriers à toutes les entreprises de Belgique cotées en bourses pour obtenir de l'argent, je suis parvenue à récolter 200€ ! Les sous dont je dispose entrent sans que je n'aie rien à faire !! Et là encore, avec la grâce de Dieu, tout se multiplie…

Ainsi, par exemple, avec les 2500€ reçus pour monter l'atelier-ferme, j'avais prévu d'acheter deux ânes, deux chèvres, des licols et brosses, et un abri pour mettre les animaux. J'avais 800€ pour acheter mes ânes. Le vendeur touché par nos pauvres des pauvres m'en donne un et me vend l'autre pour 400€. Je veux acheter des chèvres, on m'en donne deux. J'achète des licols, brosses, longes, un magnifique abri pour les bêtes. Il me reste trop de sous. Je rachète alors en double du matériel de soin pour les animaux. Il me reste encore des sous. Je décide alors d'acheter une chèvre chère dans une chèvrerie réputée. Lorsque je reviens et que je recalcule le budget restant, il me reste plus de sous qu'il ne devrait y avoir. Je décide alors de me rendre au marché pour acheter 4 poules et à nouveau, le montant résiduel est plus élevé qu'il ne devrait. Pour terminer ce budget, j'ai du faire appel aux idées de l'équipe et confier à une collègue la tâche de dépenser les derniers euros…Merci, merci Seigneur !

Les sous multipliés sont seulement les sous données. Les sous ne se multiplient pas sur le compte de l'asbl. Elle reste terriblement pauvre et non subsidiée. Comme nos pauvres des pauvres rejetés de partout, nous vivons des ballotages. Les lieux de soins nous renvoient vers les instances subsidiant le handicap…où nous obtiendrons finalement un subside partiel de 1000€ par an pour toute l'asbl en 2013.
Autant dire que nous allons encore avoir furieusement besoin de Jésus !
Et j'ai la certitude que Dieu va le faire…Il est le directeur de cette asbl et pourvoit en toutes choses…Il s'en est trop mêlé que pour nous laisser tomber ! Par ailleurs, les attaques tant à l'extérieur qu'à l'intérieur ont été innombrables, survenant les unes après les autres, plus fortes les unes que les autres. Et si celui-là s'en mêle, c'est qu'il sait combien les projets du Seigneur sont grands pour ce lieu et pour ses enfants souffrants. Je m'en réjouis à l'avance !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Que le Seigneur soit béni, loué et glorifié, Lui qui pourvoit à tout, entend le cri de ses enfants et se soucie de nos vies jusque dans les moindres détails.
Amen !
Témoignages

Belgique octobre 2012

1) J'en profite pour témoigner des grâces nombreuses et manifestes dont j'ai été comblé au cours du W-E de louange avec le Père Roger Paulin. Sans doute n'ai-je pas vécu le "repos dans l'esprit", mais je suis rentré de cette session avec un dynamisme que je n'avais plus connu depuis de nombreuses années. Plusieurs de mes projets en attente depuis fort longtemps ont progressé de façon tout à fait inattendue et mes relations aux autres ont été vraiment revivifiées. Bien des peurs qui me freinaient ont disparu et je vais maintenant de l'avant avec une confiance qui ne m'était pas coutumière. Cela m'a permis notamment de nouer des contacts nouveaux, profonds et qui, me semble-t-il, sont prometteurs d'échanges portant sur l'essentiel..  Sully
(  PS c'est sa première retraite avec Roger )


2) Ce WE de début de novembre était ma première rencontre avec le Père Paulin que je ne connaissais que de nom jusque-là. J'avais fait confiance à la personne qui m'avait invité à participer à cette session, sans plus et donc sans me renseigner de qui il s'agissait. Tout ce que j'avais retenu, c'est que le Père Paulin était un bon prédicateur et savait enthousiasmer son auditoire par ses paroles. Et bien, je n'ai pas été déçu de ces deux jours, tant par les enseignements donnés que par la louange dans les chants ainsi que les grâces et forces reçues.
J'avais eu l'occasion quelques mois auparavant de suivre un exposé qui avait été suivi par une imposition des mains et vu pour la première fois plusieurs personnes tomber dans le repos de l'Esprit comme on me l'avait expliqué.
Le samedi, alors que le Père Paulin passait dans l'allée centrale, il s'est arrêté à ma hauteur, est venu près de moi et m'a imposé les mains. J'ai ressenti une force entrer en moi, passant par mon cœur et descendant dans le reste du corps. C'était impressionnant et déjà fort à vivre mais les choses en sont restées là. Le lendemain, il a fait de même invitant chacun à méditer en soi. Alors que j'étais en prière, dans une union plus forte avec le Seigneur et dans un abandon " total ", sans m'inquiéter de ce qui se passait autour de moi, j'ai senti soudain une force puissante pénétrer en moi par la gauche, m'envahir véritablement et devenir de plus en plus forte, sans commune mesure avec ce que j'avais connu la veille. Mon cœur se dilatait véritablement, c'était comme une grande douleur mais qui ne faisait pas mal. J'ai entendu prononcer mon prénom, mais comme venant de loin, puis les parole douces m'invitant à m'abandonner dans Celui qui se manifestait en moi, mes entrailles étaient complètement retournées, c'est comme si on appuyait quelque chose sur le ventre alors que l'on ne me touchait pas, quelle impression de force qui m'envahissait dans tout le corps. Je restais uni avec mon Seigneur et mon Dieu, dans un état d'abandon, acceptant de tout mon cœur ce qui se passait. Je me sentais vaciller mais cherchais à rester debout et puis 1 ou 2 minutes plus tard, pour autant que l'on ait encore une notion du temps, je n'ai plus résisté, c'était tellement fort, je me suis abandonné à l'Amour et je me suis retrouvé à terre, conscient mais dans un état second, dans une grande paix et sérénité, restant comme cela je ne sais pas pendant combien de temps, 5 minutes, 10 minutes. Au moment où j'ai voulu me relever, un frère m'a soutenu avec beaucoup de tendresse, m'a invité à rester assis à terre contre ses jambes, pour revenir progressivement " à moi ", tranquillement. En me remettant debout, j'avais les jambes flageolantes et je me suis assis, j'étais comme sans force et puis tout est redevenu progressivement normal.
Je n'ai jamais pensé que ce que j'ai vécu puisse être possible. Sans être sceptique, j'étais perplexe sur ce phénomène avant de venir à la session. Mais quand on le vit soi-même, c'est autre chose. Je ne sais pas si chacun ressent cette effusion de la même façon, avec la même force et intensité, mais là, j'ai été servi !
J'étais hier à Lille à la session " Lille Tout est possible ", avec Jean-Philippe Rouillé et Carlos Payan. J'ai de nouveau été visité par l'Esprit-Saint et suis tombé dans le repos de l'Esprit mais cette fois dans une grande tranquillité, sans ressentir ce que j'avais connu avec le Père Paulin. Ce sont d'ailleurs des personnes présentes à la session du Père Paulin qui m'ont imposés les mains.
Je préciserai que je suis issu d'un milieu catholique plutôt traditionaliste, mais avec un père d'une grande foi mais très ouvert d'esprit, et que j'ai fréquenté pendant plus de 25 ans des milieux traditionalistes, pas intégristes je le souligne, et royalistes français, auprès desquels il y avait de très bonnes choses à prendre, et je les renie pas, mais avec lesquels je ne pouvais être d'accord sur tout, sur la forme en tout cas. L'Eglise a les écritures avec les évangiles et on n'a pas besoin du reste... Merci encore pour ces moments tellement fort que j'ai connus et dont il fallait aussi que je parle.
Très cordialement et en union de prières. Christian


3) Cher Père,
Je veux remercier le Seigneur et vous-même, ainsi que les organisateurs pour le week-end de louange. Je suis sans doute l'avant-dernière personne à avoir été béni dans l'Esprit Saint par vos mains. Je m'étais avancé avec le groupe des personnes souffrant d'insomnies, tout à la fin du week-end. 5 Minutes avant la toute fin, vous vous êtes tourné vers moi et j'ai dit à voix faible le nom de ma maladie : psychose paranoïde. Pendant la bénédiction où vous avez appelé la Paix du Seigneur sur moi, je n'ai pas senti grand-chose mais je suis ressorti un peu groggy de cette prière. Il faut savoir qu'en mars 2012 j'avais eu une légère rechute de ma schizophrénie et que je n'avais pas encore récupéré ma vivacité d'esprit depuis. Peu avant le week-end, j'ai également changé de traitement et eu un médicament un peu moins sédatif :. C'est la deuxième fois avec vous que j'ai une " petite " guérison. En 2010 ce fut une guérison relative de mon sommeil. Cette fois les facultés intellectuelles comprenant la vivacité d'esprit sont revenues, la compréhension de langues étrangères aussi.
Merci à vous et à votre fraternité !! Merci au Seigneur qui me libère et me guérit discrètement par petites touches…Que le Seigneur trois fois Saint vous bénisse tous, avec notre Maman Marie. J.


4)  Merci Seigneur car j'ai senti ta présence durant ce WE et j'en avais besoin
D'abord, le samedi matin, Roger Paulin au début de son enseignement, a demandé de prendre 10 secondes de silence, pour que le Seigneur touche les coeurs. Pendant ce petit temps de silence, j'ai été "consolé", le Seigneur a touché mon coeur en y mettant une grande plénitude de joie.
Ensuite, le dimanche matin, au cours de l'eucharistie, j'ai aussi été touché. Après la communion, j'ai senti une consolation, un bien-être en moi, une grâce sensible. Merci Seigneur !
Gonzague


5) Je souffrais depuis plusieurs semaines de cervicalgie (j'avais très peu de mobilité du côté droit, si je voulais tourner la tête). Et le samedi, après cette soirée folle,folle ! En rentrant dans ma chambre, j'ai pu tourner ma tête vers la droite sans éprouver de douleurs !! Je peux vous dire que ma louange redoubla alors d'intensité, de gratitude !! Ma mobilité reste encore un peu réduite mais je n'ai plus aucune douleur !! Merci Seigneur, tu es un Père bon et miséricordieux !
                                                                                            Danny

6) Merci Seigneur , pour ce WE , où tu as béni abondamment l'assemblée . Nous t'avions dit Seigneur dans la préparation de ce WE  " que Ta Volonté se fasse "  comme Tu veux et quand Tu veux ! Tu nous as fait la grâce de rester dans la louange alors que nous vivions de grandes déceptions et tristesses au sein même de notre groupe de prière. Tu as travaillé mon cœur à travers la générosité de mes frères et sœurs et Tu m'as guérie de ma peur de manquer !!! Tu m'as donné la grâce de pleurer de joie , de Te faire confiance , de croire que Tu T'occuperas de moi dans les moindres détails de ma vie…. depuis ce moment , je suis habitée par une grande Paix , et prier le " Notre Père " devient de plus en plus réalité pour moi . Bernadette


7) Oui cela a été un beau WE et pourtant je ne voulais pas venir, loin, froid, problème de logement et à l'arrivée je découvre que c'est une école de louange alors que j en avais déjà suivie une...
Tout a été magnifique.
Ce que j'ai reçu....
Quand le Père Roger a parlé des problèmes de culpabilité, moi j'avais dans le coeur des problèmes de peurs... ce qui n'est pas loin puisque les peurs engendrent la culpabilité mais j'ai été obéissante et je suis restée à ma place en prière. Et depuis, me sont révélées toutes mes peurs d'enfance de 18 mois à l'adolescence car j'ai vécu dans plusieurs pays en guerre avec la peur des armes (mon père était armé), des attentats, des enlèvements, de la mort et mon papa me préparait à sa propre mort lorsque j'avais 3 ans et à son enterrement. Par la suite toutes mes peurs d'adulte se sont greffées sur mes anciennes peurs, chacun sait qu'aujourd'hui nous sommes manipulés par la peur (alimentation, banque, bourse, médicaments, vols, viols etc....) Donc depuis la session, dès qu'une peur me revient je la présente à Jésus en la nommant soit à l'adoration soit à l'Eucharistie.... voilà pourquoi Bruxelles continue de vivre en moi.
Que toute gloire soit rendue à Jésus.
Amicalement
Dominique
retour en haut de la page

Massac Seran octobre 2012

Quelle session magnifique et enrichissante… j'y ai été libérée de certaines peurs…
Je me sens de plus en plus forte, libérée, audacieuse pour témoigner de Jésus. Mon cœur est de plus en plus rempli d'amour pour notre Seigneur et pour tous les frères et sœurs qui m'entourent.
Il m'a donné la force pour faire des démarches de pardon. Bref, depuis que j'ai vécu ma 1ère session avec vous, ma vie relationnelle et spirituelle sont renouvelées. J'y ai surtout découvert mon Papa du ciel, Abba, son amour pour moi et ma dignité de fille de Dieu. Je constate qu' en proclamant la louange tout l'être est transformé, guéri, libéré, aspiré vers le haut… Comment ne pas louer notre Dieu ? et vous remercier tous pour votre disponibilité.  Catherine